Eau et Environnement

Surveillance du moustique tigre : Inovalys aux aguets !

Le laboratoire Inovalys réalise la surveillance de la prolifération du moustique tigre dans les régions Pays de la Loire et Centre Val de Loire. Une mission de service public confiée pour 4 années par les ARS Pays de la Loire et Centre Val de Loire.

Le contexte réglementaire :

En application de l’article R. 3114-11 du code de la santé publique, les agences régionales de santé (ARS) sont chargées de la surveillance entomologique des insectes vecteurs et de l’intervention, autour des nouvelles implantations, ainsi que les mesures de prospection, traitement et travaux autour des lieux fréquentés par les cas humains.

Cette mission est précisée par l’arrêté du 23 juillet 2019 relatif aux modalités de mise en œuvre des missions de surveillance entomologique, d’intervention autour des détections et de prospection, traitement et travaux autour des lieux fréquentés par les cas humains de maladies transmises par les moustiques vecteurs.

Quelle est la composition de l’équipe de lutte antivectorielle du laboratoire Inovalys :

L’équipe de lutte antivectorielle est composée de techniciens, de 2 entomologistes et de cadres issues des filières Environnement et Santé Animale.

Les principaux objectifs :

  • La surveillance entomologique de l'implantation des insectes vecteurs de maladies humaines sur ces régions dans le but pour Aedes albopictus, de suivre l’évolution de la colonisation du territoire, d’estimer la dynamique saisonnière du moustique et de connaître ponctuellement la densité de ce vecteur ; Le laboratoire d’analyses Inovalys a donc en particulier pour mission l’installation et la surveillance d’un réseau de pièges sur les 11 départements des 2 régions. Cette surveillance s’effectue du 1er mai au 30 novembre, durant la période d’activité du moustique.
  • La réalisation d’enquêtes entomologiques autour des cas de maladies humaines transmises par les insectes et de traitements quand ils sont nécessaires.

Et concrètement ?

Les pièges pondoirs sont disposés de mai à novembre dans des endroits stratégiques. La femelle moustique tigre vient y pondre ses œufs (cf photo). Une fois par mois, ces pièges sont relevés.

En cas d’arbovirose importé (malade ayant contracté la maladie en dehors de la France), signalé par l’ARS, des enquêtes entomologiques autour du domicile du patient et des lieux qu’il a fréquentés doivent être effectuées afin de détecter la présence éventuelle de moustiques tigres. Si tel est le cas, un traitement insecticide de la zone concernée est réalisé par la société RENTOKIL afin de détruire les moustiques qui auraient pu piquer le patient et pourraient transmettre la maladie : on parle alors de cas d’arbovirose autochtone.

De la même manière, en cas de piégeages ou de sollicitations citoyennes positifs dans des communes non connues colonisées, une enquête entomologique est réalisée conduisant ou non à un traitement.

Parallèlement à ces actions, Inovalys a un rôle de communication auprès de la population. Le message est simple : l’éradication du moustique tigre étant impossible, seules sa propagation et la densité de sa population sont maîtrisables par la destruction des gîtes larvaires sans lesquels il ne peut se multiplier.

Le moustique tigre : le reconnaitre et s’en protéger

Le moustique tigre (Aedes albopictus) est un vecteur des virus responsables des maladies de la dengue, du chikungunya ou du Zika. Il devient porteur du virus uniquement s’il a piqué au préalable une personne déjà atteinte par une de ces maladies. Il fait l’objet d’une surveillance accrue dès lors que sa présence est détectée, qu’il est implanté et qu’il se multiplie sur un territoire.

Vous trouverez plus d’informations sur les mesures individuelles qui peuvent être prises pour éviter la prolifération du moustique tigre sur :

 

Notre service commercial et nos conseillers techniques sont disponibles pour répondre à vos interrogations.

Actualités

Nouveau "CDC DigAgri": Quelles analyses réaliser sur les digestats de méthanisation ?

Le nouvel arrêté du 22 octobre 2020 annule et remplace les 2 précédents arrêtés du 13 juin 2017 et du 8 août 2019 qui décrivaient 3 cahiers des charges différents : «CDC DigAgri 1 », « CDC DigAgri 2 et DigAgri 3». Désormais, il n’y a qu’un unique cahier des charges « CDC DigAgri » qui décrit en particulier les analyses à réaliser et les valeurs limites à respecter, pour la mise sur le marché et l’utilisation de digestats de méthanisation en tant que matières fertilisantes en vrac.

Découvrez le calendrier des formations Inovalys de 2021

Formations en Nutrition, Hygiène et sécurité alimentaire, Allergie alimentaire, Hygiène du linge, Etiquetage, …

vers le haut
Save as PDFRSS
Save as PDF