ŒNOLOGIE

Métaux lourds

Métaux lourds

Dans la filière vitivinicole, les éléments traces métalliques peuvent avoir plusieurs origines: l’environnement de l’exploitation, es apports au vignoble (engrais, boues, produits phytopharmaceutiques avec l’utilisation historique des arséniates de plomb et de certains insecticides), le contact avec les matériaux et certains produits œnologiques (bentonites, terres de filtration, sulfate et citrate de cuivre).

 

Plomb


Le plomb contaminant les vins peut avoir diverses origines :atmosphériques, matériel vinaire, stockage…
Le règlement (CE) n° 1881/2006 du 19 décembre 2006* fixe une teneur maximale en plomb dans les vins à 0,20 mg/kg de poids à l’état frais (y compris les vins mousseux, mais à l'exclusion des vins de liqueur). La teneur maximale s’applique aux produits fabriqués à compter de la récolte 2001.
La teneur recommandée par l’OIV (Organisation Internationale de la vigne et du vin) est de 0,15 mg/kg pour les vins produits à partir de la campagne 2007 (résolution OIV OENO 13/2006).

Autres métaux que le plomb


Au cours de sa conservation, le vin peut s’enrichir en cuivre par contact avec les matériels en cuivre, bronze, laiton. Il n’y a pas de risque sanitaire dans les vins mais on considère qu’au-delà de 1 mg/L, il existe un risque important de casse cuivreuse. L’arrêté du 28 juin 1912* relatif à la coloration, la conservation et l'emballage des denrées alimentaires réglemente et limite l'utilisation du cuivre pour le contact alimentaire


*Liens :
règlement (CE) n° 1881/2006 du 19 décembre 2006
arrêté du 28 juin 1912

Source : Guide de bonnes pratiques d’hygiène Filière vins Évaluation des risques et moyens de maîtrise

 

Notre service commercial et nos conseillers techniques sont disponibles pour répondre à vos intérrogations.

Actualités

Nouveau "CDC DigAgri": Quelles analyses réaliser sur les digestats de méthanisation ?

Le nouvel arrêté du 22 octobre 2020 annule et remplace les 2 précédents arrêtés du 13 juin 2017 et du 8 août 2019 qui décrivaient 3 cahiers des charges différents : «CDC DigAgri 1 », « CDC DigAgri 2 et DigAgri 3». Désormais, il n’y a qu’un unique cahier des charges « CDC DigAgri » qui décrit en particulier les analyses à réaliser et les valeurs limites à respecter, pour la mise sur le marché et l’utilisation de digestats de méthanisation en tant que matières fertilisantes en vrac.

Découvrez le calendrier des formations Inovalys de 2021

Formations en Nutrition, Hygiène et sécurité alimentaire, Allergie alimentaire, Hygiène du linge, Etiquetage, …

vers le haut
Save as PDFRSS
Save as PDF